Contexte

De nombreuses études ont souligné l’influence du quartier de résidence des populations sur différents indicateurs de santé tels que leur santé physique et mentale, leurs recours aux soins et leurs comportements alimentaires et addictifs [1 ; 2]. Il en ressort que les quartiers possèdent des attributs, des « structures d’opportunités » [3] qui peuvent favoriser ou endommager la santé de leurs habitants.

Différents chercheurs critiquent cependant l’approche qui consiste à ne formuler les problèmes qu’en fonction des lieux où ils se manifestent : ils réaffirment la nécessité de considérer l’espace comme un produit social puisque le contexte local dans lequel un individu grandit, travaille, habite et se déplace est étroitement lié à sa position sociale [4]. Cette critique du « spatialisme » [5] fait écho au débat  autour de la distinction entre effets de composition et effets de contexte qui s’est généralisée avec l’utilisation des modèles statistiques de régressions multiniveaux et qui a conduit à définir bien souvent l’individu et son contexte comme deux entités indépendantes [6-8]. Or, les populations ne restent pas passives face à leur environnement : par leurs pratiques, elles peuvent notamment modifier leurs façons de se saisir ou non de ses opportunités [9]. Pour mieux appréhender les interactions entre les populations et les ressources sociales et physiques de leur environnement, une approche relationnelle des effets de lieux sur la santé constitue une piste de recherche féconde [10].

Cette approche relationnelle s’est récemment développée avec la prise en compte des pratiques spatiales des populations pour éviter de tomber dans le piège d’une approche exclusivement locale [11] qui réduirait les espaces de vie des populations à leurs seuls espaces de résidence. Des études empiriques récentes ont ainsi explicitement pris en compte la mobilité quotidienne des populations et leur espace d’activité pour identifier les ressources avec lesquelles elles sont en contact au cours de leurs déplacements quotidiens [12-19]. Certains auteurs ont également proposé de compléter les mesures d’accessibilité traditionnellement centrées sur l’espace (place-based accessibility) par des mesures d’accessibilité centrées sur les individus et sur leurs pratiques spatiales (people-based accessibility) [20-22].

Au-delà de la prise en compte des pratiques spatiales dans la ville, une approche relationnelle des effets de lieu sur la santé conduit à réfléchir à la notion de quartier [23-26]. Le quartier est tantôt défini comme une portion de ville, un espace de proximité, un lieu de vie et un cadre d’action [27] mais en tant qu’espace cognitif, un quartier commun à tous n’existe pas puisque chaque individu a sa propre représentation du quartier dans lequel il réside [28-30]. Alors que les analyses portant sur les ressources accessibles au sein du quartier de résidence mobilisent le plus souvent des zones prédéfinies (mailles administratives, carroyages réguliers, ou zones circulaires « autour » des lieux de résidence), des études récentes ont souligné la nécessité de tenir compte de la variabilité de l’espace approprié par les habitants afin de ne pas sous-estimer l’ampleur des inégalités d’accès aux ressources locales [31 ; 32] et d’améliorer les efforts de planification en aménagement du territoire et d’interventions en santé publique [33].

ris la défense relathealthMontreal Relathealth

 

Références

  1. Diez-Roux A. 2001. Investigating neighborhood and area effects on health. American Journal of Public Health 91(11):1783-1789
  2. Kawachi I, Berkman LF. 2003. Neighborhoods and Health. New-York: Oxford University Press
  3. Ellaway A, Macintyre S. 1996. Does where you live predict health related behaviours? A case study in Glasgow. Health Bulletin 54:443-446
  4. Ripoll F, Tissot S. 2010. La dimension spatiale des ressources sociales. Regards Sociologiques 40:5-7
  5. Garnier J-P. 2010. Essais sur la ville, la petite-bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires: Agone. 256 p.
  6. Macintyre S, Ellaway A. 2003. Neighborhoods and Health: an overview. In Neighborhoods and Health, ed. I Kawachi, LF Berkman, pp. 20-42
  7. Pickett KE, Pearl M. 2001. Multilevel analyses of neighbourhood socioeconomic context and health outcomes: a critical review. Journal of Epidemiology and Community Health 55:111-122
  8. Frohlich KL. 2012. Area effects on behaviour and lifestyle: The spatiality of injustice. In Neighbourhood structure and health promotion, ed. C Stock, A Ellaway: Routledge
  9. Bernard P, Charafeddine R, Frohlich KL, Daniel M, Kestens Y, Potvin L. 2007. Health inequalities and place: A theoretical conception of neighbourhood. Social Science & Medicine 65:1839-1852
  10. Cummins S, Curtis S, Diez-Roux AV, Macintyre S. 2007. Understanding and representing ‘place’ in health research: A relational approach. Social Science & Medicine 65:1825-1838
  11. Cummins S. 2007. Commentary: investigating neighbourhood effects on health-avoiding the ‘local trap’. International Journal of Epidemiology 36:355-357
  12. Rainham D, McDowell I, Krewski D, Sawada M. 2010. Conceptualizing the healthscape: contributions of time geography, location technologies and spatial ecology to place and health research. Social Science & Medicine 70:668-676
  13. Inagami S, Cohen DA, Finch BK. 2007. Non-residential neighborhood exposures suppress neighborhood effects on self-rated health. Social Science & Medicine 65:1779–91
  14. Vallée J, Cadot E, Roustit C, Parizot I, Chauvin P. 2011. The role of daily mobility in mental health inequalities: The interactive influence of activity space and neighbourhood of residence on depression. Social Science & Medicine 73:1133-1144
  15. Shareck M, Frohlich K. 2013. Rethinking Exposure in Area Studies on Social Inequities in Smoking in Youth and Young Adults. In Neighbourhood Structure and Health Promotion, ed. C Stock, A Ellaway, pp. 267-286
  16. Zenk SN, Schulz AJ, Matthews SA, Odoms-Young A, Wilbur J, et al. 2011. Activity space environment and dietary and physical activity behaviors: a pilot study. Health & Place 17:1150-1161
  17. Vallée J, Cadot E, Grillo F, Parizot I, Chauvin P. 2010. The combined effects of activity space and neighbourhood of residence on participation in preventive health-care activities: The case of cervical screening in the Paris metropolitan area (France). Health & Place 16:838-852
  18. Kestens Y, Lebel A, Daniel M, Thériault M, Pampalon R. 2010. Using experienced activity spaces to measure foodscape exposure. Health & Place 16:1094-1103
  19. Perchoux C, Chaix B, Cummins S, Kestens Y. 2013. Conceptualization and measurement of environmental exposure in epidemiology: Accounting for activity space related to daily mobility. Health & Place 21:86-93
  20. Miller H. 2007. Place-Based versus People-Based Geographic Information Science. Geography Compass 1:503-535
  21. Kwan MP. 2009. From place-based to people-based exposure measures. Social Science & Medicine 69:1311-1313
  22. Hawthorne TL, Kwan MP. 2012. Using GIS and perceived distance to understand the unequal geographies of healthcare in lower-income urban neighbourhoods. Geographical Journal 178:18-30
  23. Coulton CJ, Korbin J, Chan T, Su M. 2001. Mapping residents’ perceptions of neighborhood boundaries: a methodological note. American Journal of Community Psychology 29:371-383
  24. di Meo G. 1994. Epistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques du quartier urbain. Annales de Géographie 103:255-275
  25. Galster G. 2001. On the nature of neighbourhood. Urban Studies 38:2111-2124
  26. Authier J, Bacqué M, Guérin-Pace F. 2007. Le quartier. Enjeux scientifiques, actions publiques et pratiques sociales. Paris: La découverte
  27. Grafmeyer Y. 2007. Le quartier des sociologues. In Le quartier : Enjeux scientifiques, actions publiques et pratiques sociales, ed. J-Y Authier, M-H Bacqué, F Guérin-Pace, pp. 15-20. Paris: La Découverte
  28. Cauvin C. 1999. Pour une approche de la cognition spatiale intra-urbaine. Cybergeo : European Journal of Geography 72
  29. Coulton CJ, Jennings MZ, Chan T. 2013. How big is my neighborhood? Individual and contextual effects on perceptions of neighborhood scale. Am J Community Psychol 51:140-150
  30. Sastry N, Pebley AR, Zonta M. 2002. Neighborhood Definitions and the Spatial Dimension of Daily Life in Los Angeles, UC Los Angeles: California Center for Population Research
  31. Vallée J, Le Roux G, Chaix B, Kestens Y, Chauvin P. 2015. The ‘constant size neighbourhood trap’ in accessibility and health studies. Urban Studies 52:338–357
  32. Paez A, Mercado RG, Farber S, Morency C, Roorda M. 2010. Accessibility to health care facilities in Montreal Island: an application of relative accessibility indicators from the perspective of senior and non-senior residents. International Journal of Health Geographics 9:52
  33. Vallée J. 2014. Découper l’espace en fonction des pratiques spatiales des populations : une illusion? Cahier de l’IAURIF n°172- Coupes et découpes territoriales – Quelle réalité du bassin de vie ? pp 14-17